L’être galactique Igor m’invite à me placer en conscience dans la crypte de la Commanderie céleste située au-dessus du désert de Gobi, où se trouve un autel sur lequel repose une coupe :

« Rends visible le plus possible autour de ton être, l’expérience de la crypte Lorsque je te dis, rends visible, c’est d’en prendre conscience à chaque fois que  j’interviens, parce que c’est cette porte, de cet endroit, de ce portail en quelque sorte que j’interviens. Bien sûr, je ne suis jamais seul. Il y a toujours des templiers et templières qui sont là, qui font le dôme en levant l’épée, l’épée de protection, du cœur.

   L’épée du cœur, c’est aussi le discernement à l’intérieur de soi, autour de soi. Chacun de vous à l’intérieur de l’univers et même ailleurs peut la porter et devrait la transmettre. Bien sûr, d’une manière subtile mais en même temps, cette épée de lumière, de protection, elle est donnée à celui qui prend conscience de ce qu’il est, parce que c’est aussi la flamme ouverte dans la paume de la main qui s’en va vers le Père, vers l’amour absolu.  Il est important d’en prendre conscience et d’œuvrer en sa compagnie.

   Ouvre le cœur et sens, ressens à ta manière que cette épée  est en toi pour servir au-delà de toi. Ce que nous avons à l’intérieur de la crypte, l’épée et la coupe, c’est l’unité des deux polarités, unis et réunis, c’est le prolongement de celui est en plusieurs endroits, à plusieurs niveaux, en plusieurs fréquences. Alors, à partir d’ici, de cette crypte qui ouvre sur tous les espaces, on peut voyager tout aussi bien à l’intérieur de soi qu’à l’extérieur. Prends conscience autour de toi, à l’intérieur de toi, de l’union des deux, intégrité, droiture, réceptivité, fermeté et  douceur. Union des deux, force et amour.

   Nous allons faire ensemble un petit nettoyage qui ne t’est pas réservé à toi seul mais que nous faisons régulièrement afin de ne pas disperser nos énergies. Chacun des templiers qui vient à la Commanderie et notamment dans cette crypte, en méditation, fait ce travail.

   Mets dont en pensée tes mains au niveau de ton plexus solaire. Mets-les sur la poignée d’une épée de lumière, une épée de templier qui n’est pas faite pour blesser mais qui est faite d’énergie de lumière. Imagine-toi debout, les mains posées sur la poignée de cette épée, les deux pieds joints l’un à l’autre. La pointe de cette épée va se poser doucement près de tes pieds et tu vas sentir couler de ce plexus, un liquide le long de lame de cette épée, rejoignant le sol de Gaïa qui va transmuter ce qui doit l’être. C’est une bonne manière de changer les énergies, d’épurer les canaux de tes sensibilités, de tes émotions, de tes peurs, de tes inquiétudes. Si tu veux remettre la Paix en toi-même, la paix chez tes frères et la Paix sur Gaïa, je t’invite à  faire, comme nous le faisons régulièrement, ce petit travail.

   Mets-toi maintenant en contact avec le cœur et agrandis cet endroit, cet espace au maximum, depuis cet endroit jusqu’au sommet de ta tête, afin que s’élargisse et se forme une coupe dans laquelle de nouvelles énergies vont pouvoir se placer.

   C’est l’épée de lumière qui aide à trancher, à transmuter. Je dis bien à trancher car c’est toi qui décide de changer tes énergies ou de garder les anciennes, d’en prendre de nouvelles. C’est pour cela que l’épée est faite, elle n’est pas faite pour tuer, pour bagarrer ou guerroyer. Elle est un bâton de lumière qui permet de t’appuyer, de te tenir droit, de trancher dans la douceur.

   Reçois, remplis-toi et remplissons nous ensemble au travers de cette coupe, que tu acceptes d’être toi-même pour un instant consciemment. Sais-tu qu’à partir du moment où tu acceptes, ne serait-ce qu’un instant de l’être, tu le deviens en essence ? Il ne tient qu’à toi de t’en souvenir, de la faire resurgir. Il ne tient qu’à toi de la remplir à nouveau. Alors, remplis-la, à cet instant, avec les énergies de la Paix ».